lundi 17 février 2020

Ode aux grandes et petites joies *** 1/2

D. susurre à notre oreille attentive qu'à son âge, quatre-vingt-deux ans, l'acuité de son regard lui permet de lire entre les lignes de certains livres, commentaires de Facebook compris. Elle nous fait sourire, on voit dans l'insistance de ses propos une manière étonnante de se raccrocher au monde, même si cette foule d'individus, parfois, nous fatigue. On commente le roman de Mélissa Grégoire, Une joie sans remède. 

Contrairement à notre démarche habituelle, soit décrypter le récit, noter l'appréciation, on dévoile de suite les impressions qu'on a portées sur ce roman qui, par son intelligence discrète, par sa force d'écriture, son savoir, nous a ravie, émue. L'histoire est simple, hélas, tant de fois répétée. Une jeune femme de trente-trois ans, Marie, professeure de littérature dans un collège, est en état dépressif. Elle s'observe dans son propre miroir, consigne en vrac les éclats dispersés portant les noms d'êtres aimés. Ses grands-parents, ses parents, son conjoint. Ses étudiants à qui elle enseigne des textes d'écrivains un peu surannés, oubliés, tel Georges Bernanos. Le récit nous emporte vers la dérive de Marie, sans aucune mièvrerie, qui se questionne sur ses manques affectifs, effectue une descente vertigineuse vers des blessures mal cicatrisées. Ne pouvant se libérer seule de ses entraves qui l'étouffent et l'amoindrissent, elle devra cesser de travailler. Consulter. D'abord, un médecin généraliste, un dermatologue. Enfin, un psychanalyste.

Quand Marie entre en scène, guidée par la main bienveillante et réfléchie de l'écrivaine Mélissa Grégoire, une de ses deux grands-mères agonise. Celle-ci a été institutrice, s'est mariée, a mis des enfants au monde. Parfois, Marie nous a semblé refléter la personnalité en apparence effacée de la vieille femme, chargeant ses épaules alourdies de son existence contraignante. Faisant brièvement le bilan de sa vie, la grand-mère n'a distribué que bonté et amour autour des siens. Dépendante de ses sentiments qui feront d'elle une femme frustrée, rarement amère. Sentiments insatisfaits, subodorés dans l'humilité des métaphores qu'elle utilise pour rassurer sa petite-fille. Après sa mort, Marie héritera, entre autres babioles, de son cahier intime. Il y a la mère de qui Marie est proche, elle a élevé ses deux filles comme elle a pu, le père travaillant de nuit dans une usine. Les femmes que Marie coudoie sont des êtres abimés par de douloureuses expériences, mais que la joie intérieure ne quitte jamais, ni ne trahit. Joie innée embellissant le parcours de ces femmes. C'est peut-être ce qu'il reste quand notre monde personnel a déposé les armes afin de nous apaiser. Telle Nancy, que la solitude accable. Telle Catherine, brillante et forte, qui a tenté de s'ôter la vie. Puis, la fantasque Irène qui clora le récit, assise auprès de Marie, sa vieille amie refusant de continuer à disséquer l'histoire tragique de son existence. Ne dira-t-elle pas à Marie que les histoires humaines sont pleines de trous...

Avant d'en arriver à cette féminine conclusion, la narratrice se ressaisira grâce à l'écoute de son psychanalyste avec qui elle entretiendra une relation fusionnelle. Marie se laissera aller aux souvenances déboulées de l'enfance, de l'adolescence, précisant l'âge et les lieux de quelques traumatismes nostalgiques. Les femmes, toujours, ont la part belle et souffrante dans la jeunesse de Marie, des écrivaines renommées parsemant leur réflexions entre les pages. On cite Etty Hillesum, Siri Hustvedt... Les hommes tiennent un rôle non secondaire, celui de pourvoyeur familial. Eux aussi ont des regrets qu'ils taisent, réprimant dans leur silence forcené une colère volcanique. Comme l'oncle Almanzor qui « n'était plus que l'ombre de lui-même ». Séquence émouvante de la repentance évoquée par Marie, petite fille. Son père est soumis lui aussi à de grandes peines, à de profonds regrets. Homme lucide, conscient d'avoir manqué des bouts de ses années vitales. La joie qui ensoleille les femmes tourbillonnant autour de Marie, n'atteint pas ces hommes encaqués dans leur misère morale. Il n'y a que son conjoint, Antoine, tellement compréhensif, qu'une sorte de grâce habite, qui répondra au désir de sa compagne : la laisser seule, le temps qu'elle guérisse. Qu'elle trouve une réponse à son propre interrogatoire. Les images affluent pendant qu'elle veille sur sa grand-mère mourante, que s'exposent les anciennes peurs de sa mère. La violence de son ex, brièvement surgie, la déconcerte. Sa rencontre avec Antoine, divorcé, père et grand-père. Sa nécessité à elle de vouloir un enfant, ce qu'il refuse silencieusement. C'est un puzzle qu'elle devra débroussailler avant que les pièces humaines s'ajustent à leur place initiale. Que Marie renoue avec ses semblables, les entrainant vers une réconciliation avec elle-même. Mais là où domine la joie, rien n'est impossible. Éclats de joie, éclats de peine, s'intégreront les uns aux autres, transcendant la beauté de l'écriture d'une écrivaine qui croit, avec raison, à la force de la littérature, surtout à la pensée libératrice qu'elle procure en l'enseignant à des plus jeunes qu'elle. Si la joie c'est d'exister, comme le précise Mélissa Grégoire, chacune et chacun, malgré sa fragilité, remontera de son " trou ", lieu de naissance obscur, avant d'atteindre la salvatrice lumière.


 
Une joie sans remède, Mélissa Grégoire
Leméac Éditeur, Montréal, 2020, 218 pages

5 commentaires:

  1. Merci de cette lecture! C'est un roman que je lis présentement avec lenteur, car j'y retrouve une voix que j'avais appréciée lors de la lecture du premier roman de Mélissa Grégoire, une voix porteuse des fragilités de l'existence, une voix légèrement feutrée, mais qui s'avère pourtant étrangement granuleuse et forte! La qualité de ce roman tient dans la voix de l'écrivaine, dans la texture des phrases, la justesse de la pensée.

    RépondreSupprimer
  2. COMMENT J'ai récupéré mon ex mari avec l'aide d'un sort réel et efficace du Dr Padma ne le reverrai pas avant d'avoir rencontré une dame appelée Maria qui m'a parlé d'un lanceur de sorts appelé Dr Padman, elle m'a donné son site Web https://padmanspell.com et son numéro de téléphone portable et je l'ai contacté et il m'a assuré que dans les 48 heures mon mari reviendra à moi, en moins de 48 heures mon mari est revenu a commencé à implorer le pardon en disant que c'est le travail du diable, donc je suis toujours surpris jusqu'à présent de ce miracle, je ne pouvais pas concevoir mais dès que le sort a été coulée, je suis tombée enceinte et j'ai donné naissance à mon troisième enfant, si vous avez besoin d'aide, vous pouvez le contacter via: email: padmanlovespell@yahoo.com, https://padmanspell.com WhatsApp +19492293867

    RépondreSupprimer
  3. CASTER PROFESSIONNEL QUI PEUT VOUS AIDER AVEC LOVE-SPELL POUR REVENIR URGENT VOTRE EX LOVER APRÈS UNE RUPTURE / DIVORCE MÊME SI VOTRE SITUATION SEMBLE SANS ESPOIR! CONTACT: DR. ODION (drodion60@yandex.com) IL EST CERTAINEMENT LE MEILLEUR CASTER DE SORT EN LIGNE ET SON RÉSULTAT EST GARANTIE À 100%.

    Après 3 ans dans une relation avec mon copain, mon copain a commencé à sortir avec d'autres filles et à me montrer un amour froid, à plusieurs reprises il menace de rompre avec moi si j'ose l'interroger sur sa liaison avec d'autres filles, j'étais totalement dévasté et confus jusqu'à ce qu'un vieil ami à moi me parle d'un lanceur de sorts sur Internet DR. ODION qui aide les gens avec leur relation et leur problème de mariage par les pouvoirs des sorts d'amour, Au début, je doutais si une telle chose existe jamais mais j'ai décidé de l'essayer, Quand je l'ai contacté, il m'a dit tout ce que j'avais à faire et j'ai fait et il m'a aidé à lancer un sort d'amour et dans les 28 heures, mon petit ami est revenu vers moi et a commencé à s'excuser, maintenant il a arrêté de sortir avec des filles et il est avec moi pour de bon et pour de vrai. Contactez ce grand lanceur de sort pour votre problème de relation ou de mariage.
    Voici son contact.

    APPEL / WHATSAPP: +2349060503921
    COURRIEL: (drodion60@yandex.com)

    RépondreSupprimer
  4. Je partage ce témoignage aux partenaires qui souffrent dans leurs relations car il existe une solution durable. Mon mari m'a quitté ainsi que nos 2 enfants pour une autre femme pendant 3 ans. J'ai essayé d'être forte juste pour mes enfants mais je ne pouvais pas contrôler les douleurs qui me tourmentaient le cœur. J'étais blessé et confus. J'avais besoin d'aide, alors j'ai fait une recherche sur Internet et je suis tombé sur un site où j'ai vu que le Dr Ellen, un lanceur de sorts, peut aider à retrouver des amants. Je l'ai contactée et elle a fait une prière spéciale et des sorts pour moi. À ma grande surprise, après 2 jours, mon mari est rentré à la maison. C'est ainsi que nous nous sommes retrouvés et il y avait beaucoup d'amour, de joie et de paix dans la famille. Vous pouvez également contacter le Dr Ellen, un puissant lanceur de sorts pour des solutions sur son contact ellenspellcaster@gmail.com Vous pouvez également le Whatsapp +2349074881619

    RépondreSupprimer

Commentaires: